jouer au mölkky

Publié le 14 Mai 2016

la partie de mölkky

la partie de mölkky

Le jeu de quilles est re-devenu à la mode. Depuis quelques années le mölkky ou jeu de quilles finlandaises fait fureur. Je ne résiste pas au plaisir de publier ci-dessous la règle du jeu...

Règle du jeu de quilles

Franc-comtoises

(ou finlandaises !)

Mölkky

Le principe du jeu est de faire tomber des quilles en bois numérotées à l’aide d’un lanceur appelé Mölkky.Le jeu se joue en deux équipes de 2, 3 ou 4 joueurs ; éventuellement en individuel. Mais, bien que le jeu devienne plus ennuyeux, on peut aller jusqu’à 4 équipes de 4.

Les quilles sont marquées de 1 à 12. La première équipe arrivant à totaliser exactement 50 points gagne la partie (il y a des variantes en 40 ou 51 ou même 63 points).

Au début d’une partie, on dépose au sol une baguette de bois (le Mölkkaari) qui détermine la ligne de lancement à ne pas dépasser (un peu comme à la pétanque). Les quilles sont placées à environ 4 mètres des joueurs et disposées conformément au dessin ci-dessous.

On tire au sort l’équipe qui commence la partie (au jeu suivant c’est l’équipe qui a le score le plus bas qui joue en premier). Les équipes tirent en alternant à chaque joueur mais l’ordre des joueurs reste constant au sein de chaque équipe.

Lorsqu’une quille a été abattue, on la redresse sur son pied (et non à la tête), le numéro face à la zone de lancer, juste là où elle se trouve et sans la soulever du sol. C’est ainsi qu’au cours de la partie, les quilles s’éparpillent et s’éloignent.

Pour abattre les quilles, les joueurs visent et lancent le Mölkky en le tenant, en principe, horizontalement en travers, paume vers le haut, dans un geste proche de la pétanque (mais tout autre geste est autorisé).

Il y a deux façons de marquer des points :

- si un joueur fait tomber plusieurs quilles, il gagne autant de points que de quilles abattues.

- si un joueur fait tomber une seule quille, il gagne autant de points que le nombre inscrit dessus.

Exemple : un joueur vise la quille n°11 et la fait tomber seule, il marque 11 points. Par contre, s’il fait tomber la n°11 et en même temps la n°4, il ne marque plus que 2 points.

On comprend donc aisément que ce jeu peut faire appel tantôt à la force (faire tomber le plus de quilles en un coup) tantôt à la précision, à l’adresse et surtout au calcul. L’exemple ci-dessus montre bien qu’une petite maladresse peut faire perdre beaucoup de points !

Attention : une quille n’est considérée comme abattue que si elle est tombée entièrement sur le sol et ne repose sur aucune autre. Si elle se trouve en équilibre sur un élément de terrain naturel, souche d’arbre, grosse racine, tronc d’arbre… elle n’est pas considérée comme tombée. Si la quille repose sur un élément artificiel, bordure en ciment, planche de délimitation de terrain… elle est considérée comme tombée au sol. Si une quille est couchée sur le sol et une autre repose en équilibre sur une bordure artificielle, il faut donc compter 2 quilles au sol, soit 2 points.

L’équipe gagnante est la première qui arrive à totaliser exactement 50 points. La manche s’arrête.

Si une équipe dépasse ce score, elle retombe à 25 (ou à 20 si on joue en 40 points).

Élimination : Le joueur (s’il est tout seul) ou l’équipe qui fait trois blancs consécutifs (trois lancers au cours duquel aucun point n’est marqué, ou un mordu sur la ligne de lancement) est éliminé. Bien entendu, si tous les joueurs sont éliminés avant que quiconque atteigne 50 points, le dernier en jeu a gagné.

Un tirage au sort (pile/face) détermine l’équipe qui commence la première manche. Après 2 manches, et, en cas d’égalité 1 manche partout, chaque équipe additionne ses points des deux manches. Celle qui a marqué le plus de points commence la troisième et dernière manche. En cas d’égalité, il y a Mölkkout.

Amusez-vous bien et pour tout savoir sur ce jeu: Fédération Française de Mölkky !!

les quilles au départ

les quilles au départ

Rédigé par Jean Pierre VIENNEY

Publié dans #A quoi on joue

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article